Les jolies Scandinaves de l'été

Jour d’émotion, le 11 novembre

  C’est arrivé hier, en revenant de chez Claude et France (beau-frère et soeur)...

Grue cendrée
Grue cendrée

Après avoir rentré la voiture, j’allais refermer les battants de la barrière d’entrée, en regardant le ciel qui s’obscurcissait. Je dois vous avouer que je flânais un bon moment, savourant encore les bons effets du tajine et de la réunion familiale de l’après –midi.
C’est à ce moment que, les entendant crier, j’entrepris de scruter le ciel.
Elles passaient, dans un grand vacarme, en forme floue. Les V de la formation s’alignaient un court instant, se déliant et se recréant en quelques tentatives.
La nuée instable de grues piaillantes maintenait cependant le cap, dans la nuit tombante.
  Les pointes conductrices, et quelquefois un segment, présentaient des lignes plus denses, indiquant un grand nombre d’individus très proches, mais les fils les moins marqués traçaient de nombreuses lignes de fuite.
Une estimation grossière me fait penser qu’elles étaient plus de deux cents !
Pendant deux à trois minutes je les ai suivies du regard, en écoutant les cris. La lune s’installait ; prolongeraient-elles leur vol dans la nuit ?
  Mon cœur bondissait encore lorsque le groupe disparut, et que les " u gruu" s’atténuèrent; le moment d’extase se prolongea tard dans la soirée.

Henri (pantois.)
Et maintenant, elles vont où?
  (Les jolies scandinaves de l’été feront étape près de Troyes et Charleville, au lac du Der, elles se dirigeront ensuite vers l’Andalousie où elles passeront les vacances d’hiver)

Écrire commentaire

Commentaires : 0