Tout ce qui lutte et se bat...

Observations basées sur les conflits et trêves de l’hiver

---

Un rouge-gorge doucement s’apprivoise

Aguiché par quelques mies de pain grillé.

La distance de fuite chaque jour diminue,

A l’inverse du mouvement vilain de l’hiver.

Il observe à un mètre la main nourricière.

 

Le passereau si timide en novembre me toise,

Il devient, en ce froid janvier, le roi de l’allée,

Chassant sèchement un moineau solitaire,

Provoquant, à toute heure, la fuite du pinson,

Seuls merles bagarreurs lui font baisser pavillon.

 

Mais un matin, deux gorges teintées se croisent,

Après une escarmouche, elles campent, en opposition.

Je pensais que cette pluralité serait bien éphémère,

Mais les artistes, jamais amis pourtant, se tolèrent.

Une fragile trêve s’installe, face au climat farouche.

 

 (Oui, depuis le quinze janvier, deux rouges-gorges fréquentent, sans grand conflit, mon jardin).

Henri II (naturaliste)

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0